La réponse européenne à l’actuelle crise sanitaire – perspectives d’un distributeur dentaire

By contrast
December 17, 2020

BRUXELLES, Belgique : Actuellement, les activités au niveau de l’UE sont dominées par la pandémie du SARS-CoV-2 et la Commission européenne (CE) coordonne la réponse de l’UE dans tous les domaines politiques concernés. Le présent article se concentre sur une sélection de mesures et évolutions politiques ayant un impact direct sur les activités quotidiennes des distributeurs dentaires au sein de l’UE.

Durant les récents confinements, les dentistes de nombreux pays de l’UE n’ont pu prodiguer que des soins d’urgence. Inévitablement, ces restrictions ont eu et continuent d’avoir des conséquences économiques pour l’ensemble du secteur dentaire, y compris pour les distributeurs dentaires. Afin d’amortir ces conséquences économiques négatives, les États membres ont adopté différentes mesures telles que des programmes de subvention visant à soutenir les entreprises et secteurs concernés. Au niveau de l’UE, des fonds considérables ont été débloqués pour soutenir les entreprises affectées par la crise dans les États membres. Les dirigeants européens ont convenu d’un programme de relance général d’1,8 milliard d’euros et de mesures économiques supplémentaires visant à soutenir les États membres dans la gestion des conséquences économiques adverses de la pandémie.

Une des décisions importantes a été le report de la date d’entrée en vigueur du Règlement sur les dispositifs médicaux (UE) 2017/745 (RDM), qui devait avoir lieu le 26 mai 2020. Au début de la pandémie, la disponibilité des dispositifs médicaux – tels que les équipements de protection individuels – est devenue une des premières priorités des institutions de l’UE. Les services médicaux ont dû faire face à des pénuries soudaines d’équipements plus que nécessaires et le 3 avril, la CE a proposé le report de l’entrée en vigueur du RDM pour un an. Ce report était nécessaire afin d’éviter les difficultés et risques supplémentaires de pénuries ou de retards dans la disponibilité des dispositifs médicaux essentiels. Le risque étant que les autorités nationales et les organes d’évaluation de la conformité ne disposent pas de capacités suffisantes pour respecter les nouvelles réglementations, ce qui aurait pu entraîner des retards supplémentaires dans la disponibilité des dispositifs médicaux essentiels. Trois semaines plus tard, le 24 avril 2020, la proposition de la CE a été votée par le Parlement européen et le Conseil, puis elle a été adoptée. En conséquence, l’ensemble du secteur des dispositifs médicaux s’est vu accorder une année supplémentaire pour se préparer à l’entrée en vigueur du nouveau règlement et a donc pu se concentrer davantage sur sa tâche la plus importante du moment : mettre suffisamment de dispositifs médicaux essentiels à disposition des établissements médicaux qui en avaient besoin.

La CE est également intervenue en réaction à des décisions soudaines des États membres de fermer leurs frontières nationales. Ces décisions menaçaient d’entraver la libre circulation des biens et travailleurs essentiels dans les secteurs clés. À l’aide de documents de référence, la CE a tenté de limiter l’impact négatif de la réintroduction des frontières nationales et a conseillé aux États membres d’installer des « voies vertes » pour assurer le flux continu des biens à travers l’UE et éviter les goulots d’étranglement au niveau des frontières intérieures.

Une évolution supplémentaire concernant les stratégies de la CE pour les vaccins et la vaccination dans la lutte contre la pandémie. Sa stratégie de vaccination repose en premier lieu sur la garantie de la production des vaccins dans l’UE et la disponibilité de quantités de doses de vaccins suffisantes. À cet effet, pour le compte des États membres, la CE a conclu des contrats avec des entreprises pharmaceutiques portant sur des centaines de millions de doses. Dans un second temps, les réglementations applicables ont été adaptées à l’urgence de la situation, et la flexibilité réglementaire existante a été utilisée afin d’accélérer le développement du vaccin tout en respectant les normes de qualité, de sécurité et d’efficacité.

La CE a commencé à développer une stratégie de vaccination commune pour les États membres. Conformément aux contrats signés avec les entreprises pharmaceutiques, chaque État membre recevra des doses d’après une clé de distribution proportionnelle à sa population. Au départ, les doses seront limitées et les vaccinations seront réservées aux groupes prioritaires. Il est important pour les distributeurs dentaires de noter que ces groupes prioritaires comprennent notamment le personnel médical, le personnel des établissements de soin prolongé et les travailleurs essentiels extérieurs au secteur médical. D’après les directives de la CE, les États membres doivent définir et mettre en œuvre une liste prioritaire des groupes de population essentiels ainsi qu’une approche de vaccination par phases.

La pandémie restera la principale priorité des activités des institutions européennes dans les mois à venir et parmi les initiatives en cours de développement, beaucoup sont pertinentes pour le secteur dentaire. Par conséquent, en tant qu’acteurs importants, il reste essentiel pour les distributeurs dentaires de rester à jour et d’identifier les domaines clés dans lesquels s’investir.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

© 2021 - All rights reserved - Dental Tribune International

ADDE French

ADDE French